Maca - Classification des espèces



Plusieurs plantes importantes appartiennent à la famille des Cruciferae (Brassicaceae) comprenant approximativement 3,000 espèces. D'après Rehm et Espig (1991), les récoltes qui possèdent une grande importance économique sont:  

  • Plante d'amidon - Maca (Lepidium meyenii)
  • Graines oléagineuses - Graines de Colza (Brassica napus) et Crambe (Crambe abyssinica)
  • Légumes - Choufleur, Chou, Chou de Bruxelles, etc. (Brassica olevacea var. botrytis, var. capitata, var. gemmifera); Chou chinoise (B. rapa subsp. chinensis); Fusée de jardin (Eruca vesicaria subsp. sativa); Cresson de fontaine (Nasturtium officinale); Radis (Raphanus sativus); Cresson de Jardin (Lepidium sativum)
  • Épices - Moutarde (Brassica nigra, Brassica juncea et Sinapis alpa)
  • Fourrage - Chou fourrager (Brassica spp.), Radis Oléifère (Raphanus sativus).

Les espèces appartenant à la famille des Brassicaceae sont classifiées en trois grandes sections cosmopolites — Dileptium, Monoploca et Lepidium — et trois sections restreintes au Vieu Monde — Lepia, Lepiocardamon, Cardamon (Thellung 1906; Mummenhoff et al. 1995).

La catégorie Lepidium appartient à la tribe Lepidieae et à la section Monoploca de la famille des Brassicaceae (Thellung 1906) et se compose approximativement de 175 espèces (Mummenhoff et al. 1992) étant la plus grande catégorie chez les Brassicaceae (Hewson 1982).

Maca (Lepidium meyenii Walp. Dans Nov. Act. Nat. Leopold. Carol. 19, Suppl. 1 (1843) 249) est la seule espèce cultivée comme récolte d'amidon. Dans cette catégorie, trois autres espèces sont cultivées (Hanelt 1986; Mabberley 1993):

Le cresson de jardin ou cresson de terre (Lepidium sativum L.) est développé au niveau mondial et est employé à l'étape de cotylédon ou de jeune plante comme composant de salades.

Dittander (L. latifolium L.) été une plante à salade des anciens Greques et elle est également utilisée comme plante médicinale dans les Iles Canaries pour soulager le lithiases rénal. Selon des études faits par Navarro et al. (1994), cette espèce possède une action diurétique.

Le Poivre des gens pauvres (L. virginicum L.) est utilisé comme légume feuillu (mauvaise herbe) par les Indiens Tarahumara au Méxique.

L'espèce de Lepidium cultivée dans les Andes, a été questionnée par Chacon (1990) qui avait proposé de changer son nom L. mevenii Walp, pour celui de L. peruvianum Chacon sp. Nov., basé sur des observations morphologiques et analyses comparatives de spécimens d'herbarium en Allemagne et aux États-Unis.

De plus, les collections originales de L. meyenii furent faites hors de la portée de distribution de la maca, notamment Puno au Pérou. Bien que l'on croie que la maca était cultivée à Puno dans les temps des Incas, il n'y a pas d'évidence qui démontre qu'elle le soit à présent (M. Holle, pers. comm.). Plus tard, d'autres nouvelles acquisitions collectées en Bolivie et en Argentine furent aussi classifiées comme L. meyenii. Après une inspection superficielle morphologique, pourtant, on a trouvé qu'il n'existe pas de ressemblance avec la maca dans ces spécimens d'herbarium, qui dans plusieurs cas ne sont pas dans des conditions optimales. Donc, le changement des noms des espèces parait justifiable, bien que des recherches taxonomiques subséquentes sont nécessaires pour résoudre ce problème.

Au moins, sept espèces de Lepidium, incluant celle cultivée, ont été rapportées au Pérou par Brako and Zarucchi 993, dans les départements d'Ancash et Puno. D'autres espèces Andines ont été collectées en Équateur, Bolivie et Argentine (M. Hermann, pers. comm.). On ne sait pratiquement rien sur l'origine de ces espèces et moins encore sur leur possible relation avec la maca.

Bien que la maca est octoploïde, les espèces sauvages de Lepidium trouvées dans les Andes, surveillées jusqu'à date sont triploïdes et octoploïdes (Quiros et al. non publié). Une enquête sur approximativement 30 espèces différentes de maca créées par hybridation et 21 espèces sauvages provenant de l'Équateur, Pérou et Bolivie, avec DNA Polymorphique Amplifié au Hasard (RAPD sigle en anglais) et Polymorphisme de Restriction de Longueur du Fragment (RFLP sigle en anglais) marqueurs pour le DNA, cruciphérins, napins, et séquence d'auto-incompatibilité (Kianian et Quiros 1991), ont révélé un trop petit polymorphisme chez les hybrides. Les distances phylogénétiques calculées sur une base de marqueurs de 75 RAPD indiquent qu'aucune des espèces sauvages connues à date n'est reliée de proche à la maca (Quiros et al, non publié).


Retour à la page précédente     

    Vous êtes notre 2247690 ème visiteur.
    © 2007-2014 UHTCO Corporation, Ontario, Canada. Tous droits réservés.
Mise à jour: mardi 16 septembre 2008 - V2.36    
English  |  Français  |  Español